vendredi 26 novembre 2010

Parlons mafia!

Pierre Simard (Le Journal de Québec, 26 nov. 2010, Page 19)

Au moment d’écrire ces lignes, plus de 225 000 citoyens ont signé une pétition réclamant une commission d’enquête sur l’industrie de la construction et le financement des partis politiques. Au risque de recevoir une mise en demeure, je dirais que ça équivaut à demander à la mafia d’organiser son propre procès. 

On a beau dire, mais le gouvernement est une organisation qui exerce un pouvoir souverain sur une collectivité. Comme la mafia, notre système politique est organisé autour de clans ou partis politiques dont les membres – les politiciens – sont soumis à l’omerta et à la ligne de parti; un système qui vit de la pizzo ou de l’impôt des citoyens. Pour les mafieux, l’abus de pouvoir mène à la purge et à l’élimination pure et simple des coupables. Mais ces purges ne purifient en rien les mœurs mafieuses, pas plus qu’une purge politicienne réglerait les problèmes du Québec.


Depuis des mois, on traite de la corruption sur un fond éthique. On aurait qu’à démasquer quelques profiteurs pour bénéficier à nouveau de la supériorité morale de nos politiciens. Il suffirait d’annoncer une enquête publique, organisée et balisée par le pouvoir politique, pour s’affranchir de la corruption. Malheureusement, on a tort de voir dans ces scandales à répétition des incidents passagers attribuables au dysfonctionnement moral d’une poignée d’individus.

À s’attaquer aux symptômes, on ignore la racine du mal. On oublie qu’une fois la purge politicienne terminée, le gouvernement reprendra ses activités là où il les avait laissées. Cette quête d’éthique et de morale occulte le véritable problème : l’État est trop gros, beaucoup trop envahissant et, ce faisant, il est un foyer propice aux abus de toute sortes.

Les enquêtes réalisées par Transparency International sont révélatrices. Les pays les moins corrompus sont des pays prospères laissant une grande place à la concurrence et à l’économie de marché. À l’inverse, les pays les plus corrompus se démarquent par leur pauvreté et par un État omniprésent.

Pour s’attaquer à la corruption politique, on ne doit pas se contenter de traquer les mafieux. Il faut limiter la part de l’économie qu’on confie au secteur public. Présentement, nos gouvernements prélèvent en impôt près de la moitié de ce que la population produit et gagne. Pourtant, il ne se passe guère une journée sans que l’intégrité d’un élu ou d’un administrateur public soit mise en cause. Combien faudrat-il verser aux « coeurs vertueux » pour acheter notre protection?

La plupart des commentateurs politiques partagent une vision angélique de l’État. Pour eux, nos gouvernements n’ont qu’une ambition : celle de préserver le bien commun. Pendant qu’ils prêchent la conversion des consciences, ils oublient que ce sont souvent les lois, règlements et impôts abusifs qui sont à l’origine de ces activités illicites.

Espérons que l’ivresse de la vertu finira par s’estomper. Ce jour-là, nous devrons trouver des aménagements et des règles du jeu susceptibles de circonscrire le pouvoir de nos gouvernements. En attendant, comme le disait Henry David Thoreau, « Les hommes apprendront-ils jamais que la politique n’est pas la morale et qu’elle s’occupe seulement de ce qui est opportun? »



Parlons mafia!

Le Journal de Quebec
26 nov. 2010

Au moment d’écrire ces lignes, plus de 225 000 citoyens ont signé une pétition réclamant une commission d’enquête sur l’industrie de la construction et le financement des partis politiques. Au risque de recevoir une mise en demeure, je dirais que ça...lisez plus...