mercredi 1 septembre 2010

Le dilemme du prisonnier

Pierre Simard
Le Soleil, Opinion, mercredi le 1 septembre 2010, p.19


Vous connaissez le dilemme du prisonnier? Ça ressemble étrangement à la situation conflictuelle entre l’ancien ministre de la Justice Marc Bellemare et notre premier ministre Jean Charest.

Imaginons la scène.

Deux politiciens ont fait un mauvais coup et, pour des raisons qu’eux seuls connaissent, ne se parlent plus. Trois solutions s'offrent alors à eux :

1- Si tous les deux gardent le silence, personne ne sera au courant de leur mauvais coup et la réputation des deux politiciens sera sauve. Chacun pourra alors poursuivre sa carrière comme si de rien n’était.

2- Si l'un d'entre eux parle et l'autre pas, le dénonciateur verra sa réputation sauve et sa notoriété augmenter, tandis que l’autre verra sa réputation entachée et devra en payer de sa carrière.

3- Si les deux se dénoncent mutuellement, tous deux verront leur réputation entachée, mais, le doute persistant, réussiront peut-être à sauver leur carrière respective.

Intuitivement, on peut croire qu’ils ont intérêt à se taire et à rester solidaires. Pourtant, la théorie des jeux nous enseigne que, comme aucun des deux ne sait ce que va faire l'autre, chacun sera enclin à choisir la solution optimale pour lui: dénoncer son complice.

Évidemment, en se dénonçant mutuellement, ils infligeront des dommages considérables à leur réputation. La question maintenant est de savoir s’ils réussiront à sauver leurs carrières...