lundi 19 janvier 2009

Lettre ouverte aux tyrans de la démocratie!

Pierre Simard
Le Soleil, cyberpresse, 19 janvier 2009

Réponse aux commentaires reçus suite à mon texte intitulé :
Ceux qui n'ont pas voté ne sont pas des imbéciles. Le Soleil, Opinion, 10/12/2008, p.25
Mettons fin à la culpabilisation, La Presse, Forum, 10/12/2008, p.A31


Analyser le comportement du citoyen tel qu'on l'observe m'aura valu l'insulte et le blâme des intégristes de la démocratie. Je les lis et je les entends me rappeler leur crédo: avoue ton erreur, jure de ne plus t'abstenir de voter, paye tes taxes, oublie ton intérêt, pense à ton prochain, et cesse de protéger les incultes.

Aujourd'hui, je ne m'inquiète guère pour mon salut, oh non! Je suis plutôt préoccupé par ceux qui me reprochent mon économisme et qui maudissent ma liberté. Par ceux pour qui l'absentéisme électoral n'est que désordre et anarchie. Par ces prétendus clercs qui nous pourfendent d'une conception céleste de la démocratie.



Une telle effusion de morale démocratique peut paraître poignante, attendrissante, touchante, émouvante et majestueuse. Elle est en réalité désolante, intolérante, discriminatoire, oppressive et haineuse.

Pour ces tyrans, l'élection de décembre aura révélé une inacceptable réalité : deux millions de traîtres à la démocratie. Une occasion rêvée de pourfendre les incultes et de raviver la foi aveugle dans la religion d'État.

Jamais ne leur sera-t-il venu à l'esprit que dans une société reposant sur le principe que les individus sont mieux placés que quiconque pour décider de ce qui est bon pour eux, seuls les déficients intellectuels ont besoin de cette sorte de paternalisme.

Laissons pavoiser ces historiens, philosophes, moralistes qui cherchent à élever la démocratie au-dessus de la liberté d'expression. Laissons-les propager l'illusion que la démocratie est garante de paix, d'amour, de justice ou d'égalité.

Et puisqu'ils veulent jouer aux historiens, aux philosophes et aux moralistes, je rappelle à leur mémoire que de nombreux tyrans de ce monde sont, et ont été élus, démocratiquement. Veulent-ils des noms, des années, des mois, des jours que je leur fournirai!

Entre-temps, la liberté d'expression - celle d'exercer ou non son droit de vote - aura permis à des millions de citoyens de freiner la légitimation d'agitateurs de chimères. N'est-ce pas là un signe de santé démocratique?