lundi 22 décembre 2008

Échange de Noël!

Pierre Simard

La veille de Noël, Frédéric reçoit sa famille pour le réveillon. Les jouets s’amoncèlent au pied de l’arbre et la table regorge de denrées. Frédéric est abordé par son frère.


Le frère : Encore un Noël d’abondance!

Frédéric : Je sais que tu aurais préféré un Noël de disette.

Le frère : Pourquoi souhaiterais-je un Noël de disette?

Frédéric : Parce que tu préfères la disette à l’abondance.

Le frère : Comment peux-tu dire une telle chose?

Frédéric : Tu veux empêcher les étrangers de nous vendre leurs jouets et leurs denrées.

Le frère : Est-ce mal de vouloir aider les producteurs locaux?

Frédéric : Si tu refuses les jouets et les denrées des étrangers, c'est que tu préfères la disette à l’abondance.

Le frère : Lorsque les étrangers nous vendent leurs jouets et leurs denrées, nous sommes obligé de céder les nôtres à bas prix.

Frédéric : Ainsi, tu veux la cherté des jouets et des denrées.

Le frère : Si on laisse les étrangers nous vendre ce qu’ils veulent, ils vont nous ruiner.

Frédéric : Donc, c'est l'abondance qui ruine la société et la disette qui la sauve.

Le frère : On ne peut penser qu'à soi, il faut aussi se soucier de l'intérêt général.

Frédéric : Mais le propriétaire du vignoble souhaite que toutes les vignes du monde gèlent, sauf la sienne.

Le frère : Pourquoi as-tu acheté une caisse de vin à ce mécréant?

Frédéric : C'est que je préfère l’abondance à la disette!


*Ce billet s’inspire des écrits de Frédéric Bastiat, économiste et homme politique français (1801-1850).